Bienfaits de la cryothérapie sur le corps

Quels bienfaits pour le corps ?

Bienfaits de la cryothérapie sur le corps

Étant donné ses effets sur le corps, les bienfaits de la cryothérapie sur le corps constituent un outil très intéressant chez les sportifs de tous niveaux, chez lesquels elle réduit et apaisent de nombreux effets liés aux entraînements intensifs. La cryothérapie, qui signifie « thérapie par le froid », est une technique qui consiste à exposer le corps à des températures extrêmement froides pendant plusieurs minutes. Les bienfaits que la cryothérapie corps entier peut apporter s'accumule au fil du temps. La cryothérapie localisée peut être administrée de différentes manières, notamment par des blocs de glace, des massages sur glace, des sprays de refroidissement, des bains de glace. Pour le sportif, la cryothérapie corps entier permet en outre une accélération du processus de cicatrisation.
 
Fonctionnement de la cryothérapie du corps entier
 
La personne se tient debout dans une enceinte fermée qui entoure son corps, mais qui possède une ouverture pour la tête au sommet. L'enceinte tombera à une température négative entre -110°C et -150°C pendant deux à quatre minutes. Une seule séance de cryothérapie peut procurer des avantages, mais elle est plus efficace si elle est utilisée régulièrement.
Les deux systèmes cryothérapie corps entier afin de générer du froid :

  • la cryothérapie corps entier par refroidissement électrique où le froid rendu est possible jusqu’à -110 °C, car à ce jour, la technologie ne permet pas de descendre plus bas en température.
  • la cryothérapie corps entier par refroidissement à l’azote liquide où le froid rendu est possible jusqu’à -196 °C (température de l’azote liquide), cependant les soins se font entre -110 °C et -150 °C.

Cryothérapie corps entier et médecine du sport

De nos jours, la cryothérapie du corps entier est un traitement physique médical largement utilisé en médecine du sport. La récupération après une blessure et la récupération après une saison constituent les principaux objectifs de l'application. Cependant, les études les plus récentes ont confirmé les effets anti-inflammatoires, anti-analgésiques et anti-oxydants de ce traitement en mettant en évidence les réponses physiologiques sous-jacentes. En plus de ses effets thérapeutiques, il a été démontré que la cryothérapie corporelle était une stratégie préventive contre les effets délétères de l'inflammation et des douleurs causées par l'exercice (1). De nouvelles découvertes ont souligné l’importance de la masse grasse sur l’efficacité du refroidissement et du niveau de condition physique initiale sur le résultat final. L'exposition à la cryothérapie corps entier imite en quelque sorte l'exercice, car elle affecte l'expression des myokines (2) de la même façon que l'exercice, ouvrant ainsi une autre fenêtre possible sur les stratégies thérapeutiques des maladies métaboliques telles que l'obésité et le diabète de type 2. D'un point de vue biochimique, la cryothérapie corporelle n'entraîne pas toujours de modifications appréciables, mais le rendement clinique final, en termes de douleur, de douleur, de stress et de récupération post-exercice, est très souvent amélioré par rapport à l'état initial.
 
Le nombre et la fréquence des séances à appliquer pour obtenir les meilleurs résultats thérapeutiques ont fait l'objet de recherches approfondies au cours des dernières années. Les thérapies par le froid locales et systémiques sont largement utilisées pour soulager les symptômes de diverses maladies, notamment l'inflammation, la douleur, les spasmes musculaires et l'enflure, en particulier les inflammations chroniques, les blessures et les symptômes de sur-utilisation (3). Les effets bénéfiques du froid en tant qu’agent thérapeutique sont connus depuis longtemps, les populations anciennes étant conscientes des effets revigorants de l’eau froide, prise par voie orale ou utilisée pour des bains. L'utilisation du froid, principalement local, reste encore dans nos activités communes quotidiennes.
 
Il y a quarante ans, à la suite d'observations personnelles du professeur Toshiro Yamauchi qui a reconnu que la combinaison du froid et de l'exercice physique était bénéfique pour les résultats cliniques des traitements reçus par les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, revenant de montagne après les vacances d'hiver, la cryothérapie du corps entier a été introduite dans la pratique clinique (4).
 
À l'heure actuelle, l'utilisation d'air très froid dans des chambres spéciales contrôlées peut être proposée pour traiter les symptômes de diverses maladies (5). Outre ses applications cliniques, une brève exposition à l’air sec à l’ensemble du corps à des températures cryogéniques inférieures à -110 °C est devenue très populaire en médecine du sport. La cryothérapie corps entier souvent utilisée pour améliorer la récupération après une blessure et pour contrer les symptômes inflammatoires résultant d’un abus ou d’une pathologie (6). Le nombre d'études sur l'utilisation de la cryothérapie du corps entier en médecine du sport est en forte augmentation, mais il reste inférieur au potentiel du sujet si l'on considère le large éventail d'applications de cette méthodologie. Les études publiées sur les athlètes portaient principalement sur la récupération après la saison d'entraînement ou la compétition.

Cryothérapie du corps entier et réduction de l'inflammation

Dans 3 études contrôlées, randomisées, allant de 10 à 45 sujets, le traitement par cryothérapie corps entier a augmenté la présence de protéines anti-inflammatoires (7, 8, 9). Il a également diminué les niveaux de cytokines pro-inflammatoires. Ces changements ont duré plus longtemps pour ceux qui ont complété plus de séances en chambre froide. Dans une étude contrôlée en laboratoire, 12 athlètes ont été traités par cryothérapie corps entier. Une réduction des protéines inflammatoires (facteur de nécrose tumorale) et des améliorations ont été enregistrées dans le groupe traités de la sorte (10). Le traitement a augmenté le nombre de cytokines anti-inflammatoires, tandis que les cytokines pro-inflammatoires ont diminué dans les études croisées randomisées menées chez 11 et 18 jeunes athlètes. Ce profil protéique associé à un flux sanguin restreint a contribué à réduire l'inflammation induite par l'exercice (11, 12).
 
Une autre étude contrôlée a examiné les effets du cryothérapie du corps entier avant l'exercice. Ces 18 athlètes ont également montré une diminution de la présence de protéines pro-inflammatoires dans le sang après un exercice physique (13). Une inflammation réduite permet un retour plus rapide à l'activité physique de haute intensité, qui autrement nécessiterait plus de temps de récupération. Une inflammation prolongée peut entraîner une altération du flux sanguin, une augmentation de la douleur et une perte de mobilité (14).

La science et la cryothérapie corps entier

À ce jour seul un nombre limité d’étude ont examiné les effets de la cryothérapie corps entier utilisé lors de la phase de préparation à une saison de compétition pour améliorer la forme et les performances, ou pendant les périodes d’entraînement intensif afin de limiter les abus et les dépassements. Des études doivent approfondir l'innocuité et l'efficacité du traitement par cryothérapie corps entier chez les athlètes pour découvrir les mécanismes moléculaires sous-jacents supportant les effets bénéfiques allégués. Sur la base des résultats rassemblés ici (1), la majorité des preuves soutiennent l’efficacité de la cryothérapie corps entier dans le soulagement de la symptomatologie de l’ensemble des conditions inflammatoires qui pourraient affecter un sportif.
 
Un petit nombre d'études ne signalant aucun effet positif ne doivent toutefois pas être négligé. Il en va de même pour l’amélioration de la récupération post-exercice et, plus particulièrement, pour limiter, voire empêcher, l’utilisation de la cryothérapie corps entier pour des motifs non prouvés. Il est important de noter que l'efficacité du refroidissement dépend du pourcentage de masse grasse du sujet et du niveau de condition physique initiale. Comme soulignés ici (1), certains des protocoles de cryothérapie corps entier appliqués, ont été inefficaces pour induire des modifications appréciables de certains paramètres biochimiques. Cependant, dans ces cas, le résultat clinique final (dans une évaluation subjective : douleur, stress et récupération) s'était significativement amélioré, même par rapport à d'autres stratégies de récupération.
 
Conclusion
 
La cryothérapie corps entier utilisé soit comme thérapie ou stimulation, est un traitement médical et en tant que tel, il a des contre-indications et des procédures de sécurité standard. Les risques indéniables pour les utilisateurs peuvent être rendus négligeables si toutes les procédures sont conduites selon des règles précises, sous la supervision d'un personnel hautement qualifié. Si ces procédures sont soigneusement suivies, la cryothérapie corps entier est absolument sans danger. Le débat scientifique sur ce sujet est souvent occulté par des discussions non-scientifiques menées dans les journaux et sur le Web, dictées par la curiosité ou des accidents, nécessite encore un consensus et une coopération internationale pour la mise en place d'études approfondies et contrôlées.
 
Sources
 
(1) « Whole-Body Cryotherapy in Athletes: From Therapy to Stimulation. An Updated Review of the Literature » Giovanni Lombardi,1, Ewa Ziemann and Giuseppe Banfi 2017 May 2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5411446/
« Effects of whole-body cryotherapy on haematological values in athletes. »
Banfi G., Krajewska M., Melegati G., Patacchini M. 2008
« Effects of whole-body cryotherapy on serum mediators of inflammation and serum muscle enzymes in athletes. J. Therm. Biol. »
Banfi G., Melegati G., Barassi A., Dogliotti G., d'Eril G. M., Dugue B., et al. 2009.
(2) Une des centaines de petites protéines et peptides de protéoglycanes qui sont produits et libérés par les cellules musculaires en réponse à des contractions musculaires. https://en.wikipedia.org/wiki/Myokine
(3) « Effects of 15 consecutive cryotherapy sessions on the clinical output of fibromyalgic patients. » Clin. Rheumatol. Bettoni L., Bonomi F. G., Zani V., Manisco L., Indelicato A., Lanteri P., et al. . (2013).
(4) « Extreme cold treatment (−150°C) on the whole body in rheumatoid arthritis. »
Yamauchi T., Kim S., Nogami S., Kawano A. D. (1981a).  Rev. Rheum 48 (Suppl.): P1054.
« Various application of the extreme cryotherapy and strenuous exercise program. »
Yamauchi T., Nogami S., Miura K. (1981b).  Physiother. Rehab.
(5) « Whole-body and partial-body cyostimulation/cryotherapy: current technologies and practical applications. » Bouzigon R., Grappe F., Ravier G., Dugue B. (2016).  J. Therm. Biol. 61, 67–81. 10.1016/j.jtherbio.
(6) « The effects of cryotherapy on proprioception system. » Furmanek M. P., Slomka K., Juras G. (2014). Biomed. Res. Int.
(7) « The effect of prolonged whole-body cryostimulation treatment with different amounts of sessions on chosen pro- and anti-inflammatory cytokines levels in healthy men. » Lubkowska A, Szyguła Z, Chlubek D, Banfi G. Septembre 2011.
(8) « Time-Course of Changes in Inflammatory Response after Whole-Body Cryotherapy Multi Exposures following Severe Exercise »
Hervé Pournot, François Bieuzen, Julien Louis, Jean-Robert Fillard, Etienne Barbiche, and Christophe Hausswirth. 2011
(9) « The whole body cryostimulation modifies irisin concentration and reduces inflammation in middle aged, obese men. » Dulian K, Laskowski R, Grzywacz T, Kujach S, Flis DJ, Smaruj M, Ziemann E. 2015
(10) « Five-day whole-body cryostimulation, blood inflammatory markers, and performance in high-ranking professional tennis players. » Ziemann E, Olek RA, Kujach S, Grzywacz T, Antosiewicz J, Garsztka T, Laskowski R.
(11) « Whole-body cryostimulation as an effective way of reducing exercise-induced inflammation and blood cholesterol in young men. » Ziemann E, Olek RA, Grzywacz T, Kaczor JJ, Antosiewicz J, Skrobot W, Kujach S, Laskowski R.
(12) « Time-course of changes in inflammatory response after whole-body cryotherapy multi exposures following severe exercise. » Pournot H1, Bieuzen F, Louis J, Mounier R, Fillard JR, Barbiche E, Hausswirth C. 2011
(13) « The effect of submaximal exercise preceded by single whole-body cryotherapy on the markers of oxidative stress and inflammation in blood of volleyball players. »
Mila-Kierzenkowska C, Jurecka A, Woźniak A, Szpinda M, Augustyńska B, Woźniak B.
(14) « What is an inflammation ? » https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK279298/